Avenir Santé : faire la fête sans prendre de risques

Les festivals sont des parenthèses pendant lesquelles des dérives peuvent s’inviter au programme : abus d’alcool, cannabis, rapports sexuels non protégés, nuisances sonores se conjuguent pour faire de ces temps des environnements à risques… Avenir Santé, association nationale implantée en Nouvelle-Aquitaine depuis 2016, propose des démarches originales de prévention et de réduction des risques pour permettre aux jeunes de faire des choix éclairés et responsables vis-à-vis de leurs pratiques festives.

L’Association Avenir Santé, présente dans 7 régions françaises, a été créée en 1998. Elle agit dans le champ de la promotion de la santé des jeunes par des actions de prévention ou réduction des risques destinées aux 12-25 ans. Aujourd’hui reconnue, l’association est financée en Nouvelle-Aquitaine par l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine  et la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites Addictives (MILDECAMILDECAMission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites Addictives). Elle travaille autour de quatre grands axes : addictions, vie sexuelle et affective, sécurité routière et, depuis quelques années, les risques auditifs. Sur ce dernier axe, il s’agit de réduire les risques liés aux pratiques festives des jeunes sans gâcher la soirée… L’association fait de la prévention grâce à des volontaires en service civique spécialement formés par les salariés de l’association (formation de 60 heures sur les 4 thématiques). Les actions de sensibilisation par les pairs s’avèrent efficaces car le dialogue d’égal à égal est perçu comme plus légitime.

« Nous avons deux façons d’intervenir, explique Nicolas Hénaff, coordinateur prévention Nouvelle-Aquitaine : dans des espaces de sensibilisation sur le lieu-même de la fête, où nos jeunes intervenants diffusent de l’information, dialoguent avec le public, sur tous types de sujets, comme le rapport à l’alcool ou les risques auditifs ou bien par des maraudes, pour assurer une veille auprès du public. Par exemple, au festival Garorock de Marmande, nous abordons environ 700 personnes au total. Pour aller plus loin, nous intervenons auprès des organisateurs d’événements pour les former, les faire progresser sur les questions de prévention et limiter les risques dans l’organisation-même. Nous avons également un site dédié Monte ta soirée, une boîte à outils régionale en ligne avec de nombreux conseils. »

Un dispositif bien rodé

Notre association intervient aujourd’hui dans une dizaine de festivals de la région et s’est dotée d’outils de communication efficaces pour les espaces de prévention : documentation, outils d’animation participatifs et dynamiques, éthylotests, bouchons d’oreilles et casques prêtés gracieusement, notamment aux enfants. « Il est toujours difficile d’évaluer notre impact. On note des changements. La consommation de produits évolue, la connaissance des moyens de contraception est en baisse ; en revanche, la connaissance autour des risques auditifs est en hausse. Un certain nombre de jeunes ont déjà souffert d’acouphènes. Le danger est repéré et les conseils de base en la matière – s’éloigner des sources sonores, faire des pauses régulières (30 minutes toutes les 2h dans une zone calme), porter des bouchons d’oreilles en cas d’inconfort et de douleur – sont des messages déjà entendus. De manière générale, nos interventions sont bien accueillies. Il n’est pas question d’être moralisateurs ou culpabilisants, mais bien dans la responsabilisation. Notre force, c’est vraiment la prévention par les jeunes et pour les jeunes, » précise Nicolas Hénaff.

www.avenir-sante.com

www.montetasoiree.com