Autres

La santé-environnement en mode éco-actif à l’école du Mirail

Publié le 11 Février 2022
A+ A-
Atelier-enfants-a-l-ecole-du-mirail@pollens

La créativité est reine à l’école du Mirail de Bordeaux. Pour donner envie d’apprendre, développer la curiosité, partager ses connaissances, l’école du matin fait la part belle aux activités manuelles et artistiques, sous des formes de pédagogie particulièrement innovantes. Depuis 1 an et demi, parmi les nombreux ateliers de l’après-midi, Jennifer Oses, écotoxicologue de Pollens propose une formule où les enfants sont amenés à aborder de manière ludique les impacts de l’environnement sur leur santé. Une cinquantaine d’élèves ont d’ores et déjà été sensibilisés.

Quelles sont les thématiques que vous abordez ?

J’interviens une fois par semaine tous les jeudis après-midi pendant 1h30 avec des petits groupes de 12 à 15 élèves. A travers des loisirs créatifs non toxiques, je les amène à réfléchir aux impacts de l’environnement sur la santé. On peut fabriquer de la peinture, de la colle, de la pâte à modeler, des décorations pour Noël, des cosmétiques, un déodorant, un dentifrice… J’aborde aussi en début d’année la thématique du cartable sain, développée par Ragnar Weissmann (O.S.E.), les pictogrammes de danger, la question des plastiques, des fruits et légumes de saisons, des vêtements neufs. D’où ça vient, comment c’est fabriqué…

Quels sont les messages ?

Mon atelier s’appelle « atelier écologie » pour simplifier le thème. Mais il s’agit bien de rattacher chaque sujet à la santé. Par exemple, lorsque je leur parle du plastique, je leur demande quels impacts cela peut avoir sur la santé. Les enfants de cette école ont été sensibilisés à l’écologie, et me parlent naturellement de la chaine alimentaire, j’essaie d’aller plus loin tout en restant simple dans mon vocabulaire et en évoquant leurs repères. Par exemple, que l’obésité dont souffrent certains enfants peut avoir un lien avec tous ces produits nocifs ou lorsque nous parlons de cosmétiques, j’interroge sur les allergies. Parfois, je leur demande de faire des petits exposés ou encore une bande dessinée pour qu’ils transmettent leur compréhension des thèmes. Je leur présente des solutions, une manière de réfléchir au mieux, sans être anxiogène.

Y a t-il une suite à ce projet ?

Ce projet d’établissement, s’appuyant sur ces ateliers pour introduire la notion de santé-environnement pour les primaires, est une démarche indépendante. Ces ateliers sont financés par l’établissement. Ils souhaitent aujourd’hui élargir cette proposition aux collégiens. 50 élèves sont venus à la présentation d’un tout nouveau projet santé-environnement à destination d’un public d’adolescents, 36 jeunes se sont inscrits. La thématique intéresse et mobilise. Nous allons commencer au deuxième trimestre avec un premier groupe de 15 collégiens. Un autre lycée à Lormont va également participer à ce projet pilote, qui est financé cette fois-ci dans le cadre d’un appel à projet prévention et promotion de la santé de l’ARS Nouvelle-Aquitaine. Ils seront animés en collaboration avec Ragnar Weissman d’Objectif Santé Environnement (O.S.E.).

pollens-ecotoxicologie.fr

www.objectifsanteenvironnement.com/

www.le-mirail.fr/animation/

Les articles suivants peuvent vous intéresser