Autres

Opération Santé Témoin : 3 établissements sanitaires retenus en Charente-Maritime

Publié le 25 Mai 2018
A+ A-
20 établissements ont été sélectionnés pour participer à l'opération © ADEME

L’ADEME a lancé un appel à projet national visant à accompagner quinze établissements sanitaires et cinq établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sur trois thèmes de l’économie circulaire. Si l’objectif à atteindre relève de gains environnementaux, la démarche, accompagnée par l’agence Primum Non Nocere, fait également la promotion d’enjeux de santé-environnementale.

Depuis plusieurs années, les établissements sanitaires ont comme priorité de réduire leurs émissions polluantes (énergies, déchets, fumées, rejets, eaux usées…). Beaucoup se sont engagés dans cette démarche et pour les accompagner et faciliter le changement, l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) lance régulièrement des appels à projets afin de développer des solutions en matière d’environnement et de santé. Sur les 300 candidats, adhérents à une des 3 fédérations partenaires du projet – Fédération hospitalière de France (FHF), Fédération des cliniques et des hôpitaux privés de France (FHP) et Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne (FEHAP) – 20 établissements ont été sélectionnés pour participer à l’opération « Santé Témoin » organisée par l’ADEME.

Trois d’entre eux se situent en Charente-Maritime : la Maison de retraite d’Aligre (EHPAD) et deux établissements sanitaires, le Groupe Hospitalier de la Rochelle Ré Aunis et la Polyclinique Saint-Georges-de-Didonne. Ils bénéficient actuellement de conseils de Primum Non Nocere, agence d’accompagnement en santé et développement durable et filiale du Comité pour le Développement Durable en Santé (C2DS) sur 3 thèmes : la réduction et la valorisation des déchets, la lutte contre le gaspillage alimentaire et le déploiement des achats responsables. L’opération vise, à terme, à diffuser les bonnes pratiques repérées et à convaincre d’autres établissements de se lancer.

« Les 20 établissements retenus bénéficieront de 2 jours pré-diagnostics réalisés par un expert en santé sur leur site pour détecter les pistes d’optimisation, puis d’un accompagnement pour mettre en place pendant six mois les actions prioritaires choisies. Une fois la démarche lancée, il s’agit d’un accompagnement à distance, nous construisons avec eux des outils pour sensibiliser, évaluer, améliorer les pratiques et nous avons des modules de formation, notamment pour tout ce qui concerne la partie achat. C’est sur le déploiement des achats responsables que seront abordés les enjeux de santé-environnement, par le biais de critères notamment en terme d’impacts sur la santé et l’environnement. Logos, labels, pictogrammes, perturbateurs endocriniens, nanoparticules, pollutions électromagnétiques, enjeux globaux seront décryptés à travers des petites vidéos à la manière de MOOC (modules de formation en ligne) pour les éclairer dans leurs choix, » explique Marion Campion, conseillère développement durable au sein de Primum Non Nocere.

L’opération, financée par l’ADEME, représentant un budget de 7 000 euros par établissement, se poursuit jusqu’en juillet 2018.

www.ademe.fr

www.fehap.fr/upload/docs/application/pdf/2017-05/sante-temoin_presentation.pdf

http://primum-non-nocere.fr/

 

Les articles suivants peuvent vous intéresser