Bruit

Réapprendre le silence : portrait d’Eddy Lambert

Publié le 17 Octobre 2014
A+ A-
Eddy Lambert, acousticothérapeute, musicothérapeute et audioprothésiste

Dans son bureau, une oreille anatomique géante. Depuis 20 ans, pour prévenir les dégâts irréversibles qui menacent les enfants, elle sillonne la région, d’écoles en salle de concert. Eddy Lambert est acousticothérapeute, musicothérapeute, audioprothésiste, à l’origine d’une méthode de rééducation. Portrait d’une femme, qui murmure à l’oreille des enfants…

L’exposition aux bruits, c’est comme avec les coups de soleil : nos oreilles sont menacées de lésions irréversibles sans que l’on puisse parfois s’en apercevoir. On peut être atteint au niveau de son audition de trois manières : l’hypoacousie (perte d’audition), les acouphènes  (sifflement, bourdonnement) et l’hyperacousie (douleur violente),  ce qui engendre de la malécoutance et la malentendance. « La malentendance, c’est le fait que nous entendons mal, la malécoutance est le fait que nous écoutons de plus en plus mal, une sorte de « surdité d’intégration ».  De plus en plus de jeunes sont exposés aux nuisances sonores. Je ne parle pas que de la musique amplifiée mais du bruit ambiant de notre société, de tout notre univers sonore. Le son arrive mais malheureusement il n’est plus décodé, donc il n’est pas compris. Ça démarre aujourd’hui dès l’enfance avec les jouets sonores, la télé en permanence, puis  les lecteurs MP3, les jeux vidéos, le son dans les salles de concerts qui ne cesse d’augmenter… Le tout développe très souvent l’hyperactivité et de plus en plus de dyslexies en tous genres et d’agressivité… Les enfants ne comprennent plus leur enseignant, les adolescents ont des difficultés de mémorisation… Le son, c’est une addiction, il faut aussi réapprendre aux enfants à aimer le silence !»

On ne s’entend plus, on ne se comprend plus

Ces effets désastreux à la fois sur le système auditif et nerveux, Eddy Lambert a pourtant bien essayé de les prévenir. Très sensible à la prévention, l’audioprothésiste, a pris part régulièrement à des actions de communication, avec Monsieur Boulanger, de la Délégation de Dordogne de l’ARS Aquitaine et les ORL de l’Hôpital Robert Picqué, pendant des années. Elle continue aujourd’hui ses interventions à la demande, comme au Grand Théâtre, avec la Médecine du Travail.

Ayant complété son cursus par des études de psychologie et de musicothérapie, elle intègre aujourd’hui ses connaissances à l’exercice de son métier. Cette pluridisciplinarité l’a amenée à se spécialiser plus particulièrement dans les hyperacousiques et les acouphéniques, notamment à travers une méthode de rééducation pour les malécoutants. Avec Eliane Danel et Annie Héraud, deux collègues acoustico-orthophonistes, Eddy Lambert a développé des outils de diagnostic, de bilan et une méthode qui vise à rééduquer la malécoutance, au sein de l’association FRECCAP (Formation Recherche Ecoute Corticale et Corporelle Association Pluridisciplinaire), créée il y a 7 ans. « Nous avons formé une trentaine d’orthophonistes, médecins, rééducateurs sur ces problèmes-là ».  Son cabinet ne désemplit pas, alors qu’il suffirait juste de « baisser le son… », sans oublier de murmurer des histoires à ses enfants le soir !

Plus d’informations sur l’association FRECCAP : http://freccap.over-blog.com/

Les articles suivants peuvent vous intéresser