Le Sound park est pour l'instant un outil expérimental © HieroLimoges
Article/Interview

Un mini skate, un sampler et une oreille géante… pour une écoute sans risque

Créé par la Fédération Hiero Limoges, le Sound Park est une animation autour de la prévention des risques auditifs. Testé à l’occasion de la Fête de la Science déclinée en octobre 2017 sur la thématique « santé environnement », il se destine aux enfants de cycle 3 (8-12 ans). Si l’outil délivre les messages classiques de prévention, il fait aussi réfléchir à la perception des sons. Explication avec Jérémy Galliot, chargé de projet à la Fédération Hiero Limoges.

Quel est l’objectif de ce nouvel outil ?

Il s’agit de sensibiliser les jeunes de 8 à 12 ans aux comportements qui présentent un risque pour leur audition. Nous visons une meilleure compréhension des enjeux liés au son : les musiques amplifiées, le système auditif avec une maquette d’oreille que l’on déshabille, les pathologies et les moyens de protection. Rappelons qu’il ne s’agit pas d’empêcher les jeunes d’écouter de la musique mais, au contraire, de faire en sorte qu’ils puissent en écouter toute leur vie, avec plaisir, sans danger pour leur santé. Si on rappelle des évidences (« écouter fort, oui mais moins longtemps »), l’axe pédagogique est bien la perception des sons à travers des expériences interactives.

De quelle manière abordez-vous cette « perception des sons » ?

On met les élèves en situation pour leur faire comprendre que pour un même volume sonore, la perception et la résistance au bruit sont propres à chacun. Par exemple, on fait écouter le bruit d’un marteau piqueur et celui d’une cascade. L’un est profondément désagréable alors que l’autre ne provoque pas le même ressenti : pourtant ces 2 sources de bruit ont un niveau de décibels identique ! On leur propose un parcours en fingerskating (mini planche à roulette se manipulant avec les doigts) dans le monde des sons, de l’oreille, de nos perceptions, des musiques, avec en filigrane un message de prévention santé. Des sons produits par un sampler (déclencheur d’échantillon sonore) relié à des enceintes sont captés par un micro fixé sur le skate et câblé à un sonomètre. Les jeunes, qui déclenchent les sons du sampler, peuvent ainsi observer que la perception des volumes est conditionnée par la hauteur du son, par nos goûts musicaux ou encore que le volume baisse fortement quand on s’éloigne de la source sonore.

Quels sont les partenaires du projet ?

C’est un outil qui a été coproduit avec différents partenaires : la Fédération Hiero Limoges, O1db pour le dosimètre, Orfea Acoustique, qui met à notre disposition des ingénieurs acousticiens et Récréasciences (Centre de Culture Scientifique Technique et Industrielle du Limousin) organisateur notamment de la Fête de la Science en Limousin. Le SoundPark est encore un outil expérimental, testé lors de la Fête de la Science de cette année, et qui circule actuellement sur notre territoire.

https://www.recreasciences.com

https://youtu.be/ZPzLrV9dCZw

www.hierolimoges.com