verre d'eau
Article/Interview

Gestion de l’eau : les Deux-Sèvres décrochent leur SéSanE

SéSanE est un projet novateur de sécurité sanitaire des eaux destinées à la consommation humaine qui va être proposé à l’ensemble des responsables de distribution d’eau potable de la Nouvelle-Aquitaine. Explications avec Marie-Laure Guillemot, responsable Pôle Santé-environnement au sein de l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine.

Dans quel contexte est née cette démarche ?

Le projet SéSanESéSanESécurité Sanitaire des Eaux est né dès 2010 sur le territoire des Deux-Sèvres dans un contexte où, même si globalement l’eau distribuée est de bonne qualité, la ressource en eau est vulnérable quantitativement et qualitativement et où des défaillances liées à une carence de sécurité sanitaire sont encore observées.

En quoi consiste justement cette démarche ?

La finalité d’un Plan de gestion de la sécurité sanitaire des eaux (PGSSEPGSSEPlan de gestion de la sécurité sanitaire des eaux) est de garantir en permanence la sécurité sanitaire de l’eau de boisson distribuée et son acceptabilité par les consommateurs. Dès 2010, nous avons souhaité, dans le cadre du PRSE2PRSE2Plan Régional Santé Environnement 2 : le PRSE 2 (2009-2013) succède au PRSE 1 (2004-2008). Le PRSE 2 s’articule autour d’un principe général fort : « réduire les inégalités environnementales en Aquitaine ».Ils sont la déclinaison en région du :- Plan National Santé Environnement 1 (2005-2009), qui visait à répondre aux interrogations des Français sur les conséquences sanitaires à court et moyen terme de l’exposition à certaines pollutions de leur environnement.- Plan National Santé Environnement 2 (2009-2013), élaboré par les ministères en charge de l'écologie et de la santé, à la suite des engagements pris par le gouvernement lors des tables rondes du Grenelle Environnement., initier une démarche de promotion et d’acculturation des personnes responsables de production et de distribution d’eau (PRPDEPRPDEPersonnes Responsables de la Production et de la Distribution de l'Eau) autour de ce concept. Le projet comprend quatre phases, depuis le point de captage jusqu’au robinet : caractériser les dangers ; réaliser un diagnostic partagé, recenser les priorités et valider un programme d’actions ; mettre en œuvre le programme d’actions ; évaluer le programme en s’inscrivant dans une logique d’amélioration continue de la qualité. C’est un chantier sans fin, qui s’alimente en permanence.

Concrètement, comment ce partenariat avec les PRPDEPRPDEPersonnes Responsables de la Production et de la Distribution de l'Eau renforce les actions de contrôle ?

Quelques illustrations peuvent être données : vérifier l’organisation des astreintes, préciser des conventions, qui peuvent tout aussi bien porter sur l’installation d’une antenne sur un château d’eau que sur des procédures de désinfection ou de vente ou d’achat d’eau…

Quelle est l’originalité de la démarche ?

En termes de gouvernance, un comité de pilotage et une équipe projet ont été constitués dont l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine est partie prenante. Cette nouvelle façon de travailler a d’ailleurs conduit de petites unités de gestion à se regrouper pour disposer des moyens techniques suffisants et réaliser une économie d’échelle soit en quelques sortes une anticipation des dispositions de la Loi NOTRe…

Où en êtes-vous de la démarche ?

La mise en œuvre des plans d’actions par les PRPDEPRPDEPersonnes Responsables de la Production et de la Distribution de l'Eau dans les Deux-Sèvres est effective depuis 2012. Cette action va se déployer sur la Nouvelle-Aquitaine dans le cadre du PRSE3PRSE33ème Plan Régional Santé Environnement (2015-2019) en tenant compte de la spécificité des territoires et de l’organisation de la production et de la distribution de l’eau. Cette démarche n’est pas encore obligatoire, il faudra remporter l’adhésion des collectivités pour la mettre en œuvre.

www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/sesane-une-nouvelle-culture-sante-pour-la-gestion-de-leau