Une affiche est désormais disponible pour les communes littorales de Charente-Maritime © ARS NA
Article/Interview

Moules, palourdes, coques… : où les ramasser sans risque ?

Qui n’a jamais profité d’une marée basse pour aller ramasser des coquillages ? La pêche à pied est libre mais les amateurs, familles, riverains, touristes, sont chaque année de plus en plus nombreux. Pour éviter les risques de contamination, la Délégation Départementale de Charente-Maritime de l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine a publié une affiche relative à la qualité sanitaire des gisements coquilliers sur les sites des communes du littoral suivis dans ce département.

En Charente-Maritime, si la pêche à pied est un loisir ancestral, c’est aussi une activité en plein essor. Des comptages récents ont relevé jusqu’à 700 personnes sur une plage en été. Dégâts sur les ressources, risques sanitaires… des réglementations encadrent cette activité sur les périodes et les zones de pêches autorisées. La consommation de coquillages peut présenter un risque sanitaire dû à la présence dans les eaux de germes microbiens, potentiellement pathogènes pour l’homme. Des gastro-entérites ou, dans les cas plus graves, des maladies infectieuses, comme l’hépatite A ou la salmonellose, peuvent se développer chez le consommateur. Les sources de ces contaminations bactériologiques peuvent être liées à des défauts au niveau des réseaux d’eaux usées (collectif ou individuel), des réseaux d’eau pluviale, des déjections d’animaux ou des déversements accidentels.

L’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine réalise une surveillance de la qualité sanitaire par l’analyse de prélèvements effectués sur plusieurs sites de pêche à pied de loisir et transmet aux communes concernées, tout au long de l’année, les résultats obtenus sur les gisements surveillés.

Afin de sensibiliser les amateurs, la délégation départementale de l’ARSARSAgence Régionale de Santé de Charente-Maritime a publié en 2017 une affiche sur la qualité sanitaire des gisements coquilliers, diffusée à l’ensemble des communes des offices de tourisme du littoral.

La surveillance concerne exclusivement les bivalves filtreurs : huîtres, moules, coques, palourdes et pétoncles. Pour se nourrir et pour leurs besoins physiologiques, ces mollusques filtrent de grandes quantités d’eau et peuvent concentrer dans leur chair des contaminants pouvant être préjudiciables à la santé du consommateur. L’affiche informe sur les niveaux de qualité du littoral et résultats d’analyses bactériologiques sur plusieurs années. Un message nécessaire, qui est destiné à fournir l’information essentielle pour renouer avec cette pratique ancestrale, avec en prime le plaisir de déguster la récolte du jour !

www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/