Pesticides

VitiREV : un projet de territoire pour la sortie des pesticides en viticulture

Publié le 19 Avril 2019
A+ A-
VitiREV veut accélérer la transformation de la viticulture en Nouvelle-Aquitaine © RNA

Territoires viticoles respectueux de l’environnement : telle est la signification de VitiREV, le projet présenté par Lydia Héraud, conseillère régionale déléguée à la viticulture et aux spiritueux, à l’occasion des Rencontres nationales Santé Environnement. Piloté par la Région Nouvelle-Aquitaine, ce vaste projet sur 10 ans vise à réduire l’usage des pesticides en viticulture.

Le chantier, multi partenarial associe des centaines d’acteurs, issus à la fois de la profession viticole (interprofessions viticoles, Chambres d’agriculture, coopératives, Organismes de défense et de gestion), des scientifiques et chercheurs (Institut des Sciences de la Vigne et du Vin, Bordeaux Sciences Agro, l’INRA, l’Institut Français de la Vigne et du Vin), les structures qui portent l’innovation (Cluster Inno’vin, Pôle de compétitivité Agri Sud-Ouest Innovation, PME et start-ups régionales) et des associations. C’est toute son originalité et sa force. Jamais autant d’acteurs ne s’étaient mis autour de la table avec l’objectif partagé de réduire de manière drastique l’usage des pesticides. « Dans notre région, les vignobles sont présents dans 10 des 12 départements, il s’agit d’identifier les bonnes pratiques locales, de développer les alternatives et de les massifier » annonce Lydia Héraud, conseillère régionale déléguée à la viticulture et aux spiritueux qui porte l’ambitieux projet de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Le projet a commencé à s’organiser début 2018, en remportant l’appel à manifestation d’intérêt national Territoire d’Innovation Grande Ambition ou TIGA, pour candidater à l’appel à projet Territoires d’Innovation en cours, du Programme d’Investissements d’Avenir, dans le cadre du Grand plan d’investissement opéré par la Caisse des Dépôts via la Banque des Territoires pour le compte de l’Etat, avec une enveloppe financière importante de 450 millions d’euros sur dix ans. Cette enveloppe sera répartie entre une quinzaine de lauréats définitifs : des financements proportionnels aux moyens engagés par les partenaires. La feuille de route, via 7 grands chantiers en forte interaction, a été élaborée. L’idée est d’aborder la sortie des pesticides dans toute sa globalité, en mobilisant un large panel de solutions. Ainsi en 2019, les premiers laboratoires d’innovation territoriale qui associeront également des élus locaux, des associations environnementales et des habitants – dont notamment les associations de parents d’élèves préoccupées par les risques sanitaires pour leurs enfants – vont se mettre en place pour imaginer des expérimentations rapides correspondants au maillage des appellations régionales : du Cognac charentais à l’Irouleguy basque, en passant par le Bergeracois, le Bordelais… Dans le même temps sera lancée une plateforme collaborative où les acteurs pourront témoigner de leurs expériences et alternatives. A plus long terme, d’autres financements et d’autres leviers seront actionnés pour accompagner l’innovation, la recherche et la science, par exemple sur des variétés de cépages plus résistantes ou encore le développement des solutions de biocontrôle

 

www.nouvelle-aquitaine.fr/toutes-actualites/vitirev-innovons-pour-territoires-viticoles-respectueux-environnement.html

www.nouvelle-aquitaine.fr/toutes-actualites/accelerateur-pour-viticulture.html

Les articles suivants peuvent vous intéresser