Petite enfance

Grand ménage dans les crèches du Grand Périgueux

Publié le 15 Février 2019
A+ A-
De nouveaux produits et de nouvelles procédures de nettoyage ont été validés © Grand Périgueux Recadrée

L’ensemble des établissements d’accueil du jeune enfant a adopté de nouvelles manières de faire le ménage. Exit les multiples substances chimiques trouvées dans les produits d’entretien et néfastes pour la santé, place au vinaigre blanc et au savon noir. Comment mettre en place ce changement de pratiques à l’échelle d’une agglomération ? Rencontre avec Marie Belombo, Vice-présidente en charge de l’enfance et Laure Delour, pédiatre, au Grand Périgueux (Dordogne).

Quelle a été la première étape à ce changement ?

L. Delour : D’abord un déclic ; un atelier Nesting du WECF au service petite enfance du Grand Périgueux, au moment où la question de l’harmonisation des produits et des protocoles sur l’ensemble des crèches se posait. Nous avons ensuite décidé de modifier nos procédures en prenant en compte la notion de santé environnementale. L’expérimentation a débuté en 2017 dans une crèche pilote. Durant la journée le vinaigre blanc a été utilisé pour nettoyer les espaces de changes des bébés. En effet, le vinaigre blanc permet de prévenir le développement des bactéries ; puis le soir uniquement une désinfection était réalisée avec un désinfectant éco-certifié. Les analyses bactériologiques ont été concluantes.

M. Belombo : Puis un groupe de travail s’est formé avec trois directrices de structures et Laure Delour. Elles ont suivi une formation avec l’association HSEN, experte en génétique et biologie moléculaire et se sont appuyées sur le guide RecoCrèches mis à disposition par l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine. De nouveaux produits et de nouvelles procédures de nettoyage ont été validés. Puis nous avons constitué l’appel d’offre. Le projet est soutenu par l’ARS.

Concrètement, qu’est-ce que cela a changé ?

L. Delour : Nous sommes passés de 10 produits d’entretien en moyenne à quatre. Nous avons choisi des produits naturels tels que le vinaigre blanc ou le savon noir ; lorsqu’il était indispensable de conserver l’usage de produits de synthèse, d’aller vers des produits éco-certifiés, sans dérivés de pétrochimie, pour réduire l’impact sur la santé humaine.

M. Belombo : Nous avons également investi dans du matériel. Les sols sont aujourd’hui nettoyés avec du savon noir ou simplement à l’eau chaude avec des microfibres de qualité. Le risque d’être en contact avec des produits dangereux est ainsi limité pour le personnel et les enfants. A terme, en dehors de l’intérêt sanitaire, des économies devraient être réalisées.

Comment avez-vous déployé cette expérimentation ?

M. Belombo : Les 228 agents des 14 crèches et 4 micro-crèches ont été formés aux nouveaux protocoles par HSEN. Le changement a été globalement bien perçu et accepté. La deuxième étape a été de communiquer auprès des familles.

L. Delour : Quatre conférences-débats animées par Céline Coupeau, l’éco-infirmière spécialisée en santé environnementale ont été proposées en octobre 2018 pour les familles et les assistantes maternelles. Là aussi, nous avons senti l’intérêt pour le sujet avec au total une centaine de personnes présentes. Nous avons également mis à disposition dans les crèches des affiches et des flyers pour expliquer les principes du nettoyage sain et le document de l’ARS sur les bons gestes pour un intérieur sain. L’idée est aussi de faire comprendre qu’il est facile de reproduire ces changements chez soi.

Et quelle est la suite de la démarche ?

M. Belombo : Nous réfléchissons au déploiement du nettoyage écologique dans les centres de loisirs voire à l’ensemble de nos locaux.

www.grandperigueux.fr
hsen.org
eco-infirmiere-celine-coupeau.fr

 

Les articles suivants peuvent vous intéresser