Autres Risques émergents

Facteurs environnementaux et effets sur la reproduction

Publié le 19 Janvier 2018
A+ A-
Le centre ARTEMIS du CHU de Bordeaux a organisé une 1ère journée scientifique © GRAINE Aquitaine

Après un an de fonctionnement, le centre ARTEMIS du Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux a organisé une 1ère journée scientifique « Reproduction, périnatalité et environnement » à destination des soignants et des équipes pluridisciplinaires de prévention en santé travail. L’évènement a réuni environ 200 professionnels à l’Institut des Métiers de la Santé Xavier Arnozan à Pessac, en Gironde.

Le Centre ARTEMIS est une plateforme de prévention en santé environnementale pour les patients présentant des troubles de la reproduction suspectés d’être en lien avec leur environnement de travail. Depuis sa mise en place au CHU de Bordeaux en septembre 2016, à l’initiative de l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine, en partenariat avec l’ANSES et Santé Publique France, des collaborations nationales ont été initiées avec des médecins et/ou chercheurs travaillant sur la thématique « reproduction environnement ».

La journée scientifique du 13 octobre 2017 était l’occasion de faire intervenir ces partenaires locaux et nationaux, pour faire le point sur l’état actuel des connaissances scientifiques sur les relations entre les expositions environnementales et leur impact sur la reproduction. « Les troubles de la fertilité sont de plus en plus fréquents. La relation entre des expositions environnementales (professionnelles et extra-professionnelles) et la survenue de troubles de la reproduction (troubles de la fertilité, fausses couches spontanées, mort fœtale in utero, prématurité) a été démontrée par plusieurs études scientifiques. Nous essayons d’identifier les divers facteurs à l’origine d’événements de santé, qu’il est important de supprimer, avec la mise en place d’actions de prévention primaire visant à optimiser le futur », souligne le professeur Patrick Brochard, qui dirige le Centre ARTEMIS.

« Cette évaluation n’a pas pour objectif d’expliquer le passé et les problèmes de santé présentés mais elle doit permettre de placer les patients dans les meilleures conditions pour le futur en menant si nécessaire des actions de prévention concernant les expositions environnementales, » précise Fleur Delva, médecin de santé publique, chargée du projet ARTEMIS au CHU de Bordeaux. La journée était également l’occasion de présenter les premiers résultats du projet de recherche interventionnelle en santé publique PREVED, porté par le CHU de Poitiers, autour de la question des perturbateurs endocriniens.

www.chu-bordeaux.fr/Les-services

www.fonds-alienor.fr/etude-perturbateurs-endocriniens-equipe-pluridisciplinaire-autour-pr-migeot/

Les articles suivants peuvent vous intéresser