La crèche Joliot-Curie va servir de test © Ville de Limoges
Article/Interview

Limoges veut limiter l’exposition des tout petits aux perturbateurs endocriniens

La Ville de Limoges, investie dans le champ de la santé environnementale avec sa charte « Limoges Ville Santé Citoyenne », a décidé de supprimer les perturbateurs endocriniens dans ses crèches et ses écoles. Explications par Marc Wasilewski, chargé de mission Développement durable et santé de la Ville.

« Les perturbateurs endocriniens sont partout : dans les biberons, les jouets, les produits d’entretien, les emballages alimentaires, les articles de puériculture, les tapis de sol, sans parler des revêtements collés avec du formaldéhydeformaldéhydesubstance utilisée comme désinfectant ou biocide, comme fixateur et comme liant dans des résines (produits de bricolage, entretien, revêtements des murs, sols, meubles, plastiques, etc). Ses effets toxiques s’exercent par voie aérienne et localement par exposition directe. Substance irritante pour le nez et reconnue comme cancérigène., des cosmétiques aux parabènes… La liste est tellement longue. Le but est de faire de la crèche pilote un exemple pour les futures rénovations ou extensions de structures de la petite enfance, de l’agglomération et du département. Nous pensons ensuite étendre la démarche aux centres de loisirs.

Un appel d’offres est en cours pour identifier les perturbateurs endocriniens au sein de la crèche, accompagner la Ville de Limoges pour développer un plan d’actions et un plan de communication » précise Marc Wasilewski. La crèche Joliot-Curie, entièrement rénovée et agrandie récemment, va servir de lieu test afin de vérifier si son équipement et son fonctionnement représentent un risque ou non pour la santé des enfants qu’elle accueille. Elle vient tout juste d’être réhabilitée mais le diagnostic va être lancé afin de s’assurer que les bébés grandissent dans un environnement le moins agressif possible.

Les 380 salariés de la Ville, auxiliaires de puériculture et assistantes maternelles vont suivre une solide formation avec les endocrinologues du Centre Hospitalier Universitaire de Limoges, pour mieux comprendre les impacts sur la santé et connaître les bons gestes. Une campagne de sensibilisation sera menée en direction des parents, avec des dépliants conçus par l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine et la Mutualité Française Limousin, sortes de guides des achats et de bons gestes afin que le message soit aussi entendu par les futures mamans », souligne Marc Wasilewski.

En guise de première étape du projet de sensibilisation, un colloque a été proposé le 15 novembre 2016 à la faculté de médecine. Intitulé « Protégeons la santé de nos enfants » , il a permis de toucher environ 450 personnes – professionnels de la petite enfance travaillant au sein des crèches et lieux d’accueil municipaux mais également les services de la Ville amenés à intervenir dans la démarche (direction générale de la Ville, service communal d’hygiène et de santé, commande publique, services ateliers et bâtiments …), les professionnels des crèches de la Mutualité Française Limousin, ainsi que les partenaires institutionnels œuvrant dans le secteur de la petite enfance (CAF, Département) et en santé environnementale.

www.ville-limoges.fr

www.ars.limousin.sante.fr