L’atelier jardinage avive les perceptions, la mémoire et apporte un bien être © GRAINE Aquitaine
Article/Interview

Guéret : un jardin thérapeutique pour les résidents de la maison de retraite

Sur un site panoramique, l’établissement pour personnes âgées Anna Quinquaud du Centre Hospitalier de Guéret (Creuse) a été inauguré en 2013. Son originalité : il a été conçu autour d’un jardin déjà existant. L’équipe en place a imaginé avec les résidents une palette d’activités pour en faire un jardin thérapeutique. Jardiner pour garder la forme, cultiver sa santé, faire pousser le lien intergénérationnel. L’initiative, novatrice, tient ses promesses.

« Lorsque la résidence a accueilli ses premiers résidents, on n’a pas senti d’intérêt réel pour le jardin ; nous avons alors travaillé avec les résidents pour réfléchir à des usages » explique Coralie Pasquet, animatrice à l’EHPADEHPADEtablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes du Centre Hospitalier de Guéret. Alors, pour que les résidents s’approprient le jardin et que ce dernier remplisse sa mission de « médiateur thérapeutique », l’équipe a décidé d’insuffler une dynamique autour du jardinage.

« De nombreux résidents avaient l’habitude de cultiver leur potager et de consommer leurs produits. Des ateliers autour de cette activité pouvait aider les personnes à s’exprimer sur leur vécu et de revenir sur des moments marquants de leur vie. Nous avons proposé des ateliers réguliers autour du jardinage. Dans ces ateliers hebdomadaires, nous choisissons ensemble les diverses plantations, l’aménagement. Puis nous commençons l’activité au printemps, nous invitons les résidents à semer, planter, entretenir, récolter ou simplement profiter de ces moments conviviaux. On ne bêche pas, toutes les activités sont proposées à une hauteur adaptée » souligne Coralie Pasquet.

Si le jardin favorise la marche et joue un rôle de prévention important au niveau physique, les bienfaits en termes psychologiques sont également importants : « le jardin contribue à reconstituer une part de leur identité, à établir une relation sensible dans le temps et dans l’espace. L’odeur de la terre mouillée quand on arrose, les couleurs des fleurs, l’odeur des plantes aromatiques… tout cela avive les perceptions, la mémoire et apporte un bien être naturel. Aujourd’hui par exemple, un monsieur a oublié de prendre sa canne pour marcher dans le jardin alors qu’il ne s’en sépare jamais. C’est vraiment représentatif de l’apaisement que procure cet atelier. L’anxiété disparaît, » détaille Céline Faure Lagorge, également animatrice de l’établissement.

D’autres événements autour de ce jardin ont également vu le jour, notamment avec des établissements scolaires et des animateurs du Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement Pays Creusois autour d’un projet intergénérationnel. Et de nouvelles activités sont en préparation, en concertation avec les résidents, afin de renforcer cette impulsion bénéfique.