En-10-ans-la-graine-semée-a-germé-dans-tous-les-espaces-communaux©Barsac
Article/Interview

Zero pesticide à Barsac ? Contribution de la faune pour un défi réussi !

Zéro pesticide ? Facile à dire ! La petite commune de Barsac en Gironde a longtemps œuvré auprès de ses administrés pour les convertir à l’idée. En 10 ans, la graine semée a germé dans tous les espaces communaux. Explications d’un succès avec Dominique Cavaillols, premier adjoint.

Quels sont les leviers pour réussir cette démarche ?

Une des clés pour la réussite d’un tel projet, c’était en premier lieu d’associer le personnel de la Mairie de Barsac, il fallait qu’ils adhèrent au projet. Pour moi, c’est la première pierre à l’édifice ! La deuxième étape ? Associer les habitants. Passer en zéro phyto, c’est accepter le retour à la nature sur les trottoirs, le long des maisons… C’est un changement de taille, tant pour les personnels chargés de l’entretien des voiries que pour les riverains.

Communiquer est donc un axe important ?

Oui, l’équipe municipale n’a pas lésiné sur la communication : réunions publiques, réunions de quartier, mobilisation de la commission des Citoyens et du Conseil des Sages , porte à porte… pour expliquer aux administrés qu’entretenir ses haies et ses clôtures sans utiliser de produits chimiques nocifs, c’est contribuer à préserver la santé de tous, des générations futures, la qualité des nappes phréatiques et du milieu aquatique. Nous avons également misé sur une communication un peu festive, insolite, avec la distribution de larves de coccinelles pour réguler les pucerons, des plantations de fleurs de jachères au bord des murs, des panneaux indiquant notre démarche. A côté de la station d’épuration, nous avons installé des brebis et deux chèvres, qui mangent les ronces, et autres délices végétaux dont elles sont très friandes. Et depuis peu, un âne mangeur de chardons : un trio qui permet d’entretenir les espaces verts à moindre coût, avec une économie de 15 000 euros par an. Sans compter que les habitants amènent leurs enfants le week-end voir toute cette joyeuse ménagerie. On continue d’ailleurs : deux ruches arrivent bientôt à la mairie et les fameuses poules pondeuses adoptées par 1500 foyers pour faire baisser la masse de déchets à incinérer ont connu leurs heures de gloire.  Peu à peu, les Barsacais ont adhéré. Restait deux endroits compliqués pour nous : le cimetière et le terrain de pétanque…

Quelle option avez-vous choisi ?

Nous avons bénéficié d’un accompagnement individualisé et tout au long du projet, sur la gestion écologique de l’espace public, en tant que commune pilote, au sein de l’Agenda 21Agenda 21Déclinaison concrète de l'Agenda 21 issu de la conférence de Rio en 1992, un agenda 21 offre un cadre de travail pour mettre en œuvre les concepts de développement durable, à différentes échelles : collectivité, établissement scolaire, famille, etc. du Conseil général de la Gironde. Pour le cimetière, nous avons choisi d’enherber plutôt que désherber ! Nous allons décaisser et installer des nids d’abeilles, de la terre végétale pour enherber les allées centrales et mettre des cailloux sur les parties les plus proches des tombes. L’idée est d’entretenir par la suite à la tondeuse. C’est notre personnel qui va s’atteler à la tâche. Nous allons amorcer cette année les premiers carreaux, pour permettre aussi aux riverains de s’approprier peu à peu les lieux et de les faire une fois de plus adhérer. En ce qui concerne le terrain de pétanque, un accord a été passé avec l’association locale pour un arrachage manuel, et rester fidèle à l’engagement « zéro pesticide » de l’équipe municipale.

Retrouvez cette action dans la Grelinette, la gestion écologique, parlons-en ! : www.gironde.fr/