Le kit de communication est disponible sur le site d'AIRAQ©MEEM
Article/Interview

Journée nationale de la qualité de l’air : comment limiter l’impact de la pollution ?

Le 21 septembre 2016, à l’occasion de la journée nationale de la qualité de l’air, AIRAQ, association en charge de la surveillance de la qualité de l’air en ex-Aquitaine, a rappelé l’importance des conséquences de la pollution atmosphérique sur la santé publique. Les impacts sanitaires étant régulièrement pointés du doigt, l’ambition de cette seconde journée nationale était de faire connaître les solutions et les bonnes pratiques qui participent à la réduction des émissions de polluants.

Au fil des années, l’opinion publique montre un intérêt grandissant pour les enjeux liés à l’air. Ainsi, 80% des Français se disent préoccupés par la qualité de l’air et 71% s’inquiètent des effets de la pollution de l’air sur leur santé (1). Des inquiétudes fondées puisque les polluants atmosphériques affectent la population par les voies respiratoires, digestives mais également cutanées. Ils seraient responsables de 48 000 morts prématurées en France chaque année (2). Une pollution qui a également un coût considérable pour les gouvernements car le coût annuel de l’impact de la pollution de l’air sur la santé, les bâtiments, les écosystèmes et l’agriculture est d’ailleurs estimé à 101,3 milliards d’euros (3).

Surveiller, inventorier, modéliser, prévoir, alerter, mais aussi informer, sensibiliser, réaliser des études sur la qualité de l’air et évaluer les actions mises en œuvre pour l’améliorer sont les missions d’AIRAQ qui dispose de 30 stations de mesures réparties dans l’ex-Aquitaine. Pour cette journée nationale, l’objectif était de montrer les bonnes pratiques permettant de réduire les émissions de polluants, informer sur les bons gestes en cas d’épisode de pollution et… respirer mieux ! Par exemple, privilégier la marche, le vélo, les transports en commun et le co-voiturage, couper le moteur de sa voiture lors d’arrêts même brefs, adopter une conduite souple et limiter sa vitesse, maîtriser la température (système de chauffage performant, climatisation), ne pas brûler ses déchets verts, …

Appelée à fusionner avec eux au 1er janvier 2017, AIRAQ a travaillé avec ses homologues de l’ex-Limousin (LIMAIR) et de l’ex-Poitou-Charentes (ATMO Poitou-Charentes) afin d’harmoniser les messages sur l’ensemble du territoire de la Nouvelle-Aquitaine. Sur les réseaux sociaux et une page dédiée sur leurs sites internet respectifs, on trouve des documents sur les 3 structures et leur projet de fusion, en téléchargement. Une assemblée générale extraordinaire de l’ensemble des membres doit entériner cette fusion en novembre 2016, suite à la réforme des régions introduite par la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (loi NOTRe).

1 : Source : Baromètre du Ministère de l’Environnement- 30/09/15

2 : Source : Etude Santé Publique France sur les « Impacts de l’exposition chronique aux particules fines sur la mortalité en France continentale et analyse des gains en santé de plusieurs scénarios de réduction de la pollution atmosphérique. » – 21/06/16

3 : Source : Rapport sur le coût économique et financier de la pollution de l’air du Sénat – 15/07/15