Ce système repose sur la bonne volonté des parents © TB-Ville de Bayonne
Article/Interview

Mettre en place un Car à Pattes : du diagnostic au recrutement de parents

Aller à l’école à pied quand on habite le même quartier, quoi de plus naturel ? Mais l’habitude s’est perdue petit à petit, laissant place à un défilé de voitures, entraînant des problèmes de pollution, de bruit, de sécurité. C’est la raison d’être des Car à Pattes, ces ramassages scolaires pédestres. S’ils restent des dispositifs très appréciés des enfants et des usagers de l’école, leur mise en place exige beaucoup de préparation. Exemple à Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques.

Depuis une dizaine d’années, les transports de type Car à Pattes se sont multipliés, amorçant ainsi des changements de comportements des enfants, parents et usagers de l’école. Véritables itinéraires de bus pédestre, avec horaires et arrêts déterminés, ils sont une alternative au « tout voiture ». Ils permettent de réduire la densité de circulation et donc d’améliorer la qualité de l’air aux abords de l’école. Si l’idée est simple sur le papier, elle demande une méthodologie particulièrement rigoureuse pour être mise en œuvre sur le terrain. Il faut identifier les besoins, définir des itinéraires cohérents, matérialiser les parcours, trouver des accompagnateurs volontaires, tenir un planning…

« L’association Terre Buissonnière, missionnée par la Ville pour mettre en place le Car à pattes, a réalisé la phase de diagnostic à l’automne 2016, par le biais d’une observation de l’environnement de l’école et a distribué des questionnaires aux familles (80 réponses sur un total de 200 familles sur 2 écoles). Ce questionnaire a permis une analyse des pratiques et des attentes et une cartographie de domiciliation anonyme des familles par rapport à l’école. A partir de ce travail, l’association a élaboré 4 itinéraires correspondant aux trajets des familles vers l’école », précise Nathalie Aguesse, chargée de Développement Durable à la Mairie de Bayonne.

Mais l’action ne s’arrête pas là ; il reste à trouver des accompagnateurs pour ce système qui repose sur la bonne volonté des parents mais vise à préserver la santé de tous les usagers de l’école. « En janvier 2017, une réunion d’information a eu lieu pour présenter les itinéraires de ramassage, de manière à ce que les familles puissent s’inscrire sur la ligne proche de chez eux. Depuis le 16 janvier, Terre Buissonnière teste une ligne de Car à Pattes avec 4 enfants, qui font le trajet tous les lundis et parfois d’autres matins de la semaine. Un parcours à étoffer avec des familles venant d’un peu plus loin. Une deuxième ligne est en cours d’élaboration », ajoute Nathalie Aguesse.

www.bayonne.fr

www.terrebuissonniere.org