Risques émergents

Les étudiants en sciences du campus de Talence sensibilisés aux nanomatériaux

Publié le 07 Février 2020
A+ A-
140 personnes se sont arrêtées sur le stand © VienneNature

Après avoir participé en septembre 2019 au Forum Santé Bien-être et à la Fête de la Science en octobre à Poitiers, les associations Vienne Nature et la Bêta-Pi étaient présentes le 19 novembre, dans le hall A de l’Université des Sciences de Bordeaux à Talence (Gironde), pour animer leur outil pédagogique sur les nanomatériaux auprès des étudiants.

Réalisé dans le cadre du Plan Régional Santé Environnement Nouvelle-Aquitaine, avec le soutien financier de la DREAL Nouvelle-Aquitaine, cet outil se présente sous la forme d’un stand interactif et animé. Il présente les nanomatériaux, leurs fonctions et leur présence dans des produits du quotidien, ainsi que les interrogations liées aux risques qu’ils peuvent représenter pour la santé et l’environnement. Installés dans le hall principal de l’Université des Sciences de Bordeaux, à proximité des amphithéâtres et de la cafétéria, les grands panneaux du stand n’ont pas manqué d’attirer l’attention et d’intriguer les étudiants du campus de Talence. Ils ont été nombreux à s’arrêter près de la « boîte à votes » qui les interrogeait sur l’utilité ou la futilité des nanomatériaux dans quatre produits (crème solaire, sel de table, bonbons, pansements à l’argent), mais aussi près de la vasque qui contenait dentifrices, médicaments, etc.

Plus de 140 personnes – étudiants, enseignants et personnels de l’Université – se sont arrêtées sur le stand au cours de la journée pour échanger avec les deux animatrices de Vienne Nature et de La Bêta Pi, qui, une fois le vote terminé, pouvaient évoquer les alternatives. En dépit de leur présence dans un bâtiment universitaire de sciences, les animatrices du stand ont rencontré une grande majorité d’étudiants qui ignoraient ce qu’étaient les nanomatériaux. Ils avaient en revanche une bonne compréhension de l’échelle nanométrique (1nm = 10-9 m) et se sont intéressés aux propriétés nouvelles apportées par les nanomatériaux, mais surtout aux risques émergents de certains usages. La suspension du dioxyde de titane (E171) dans l’alimentation prévue pour 2020 a notamment soulevé de nombreuses questions et les étudiants ont interrogé la notion du principe de précaution. Quelques étudiants en physique-chimie ayant déjà eu l’occasion d’étudier le sujet en cours ou à travers des exposés, ainsi que plusieurs enseignants-chercheurs qui maîtrisaient le sujet, ont également fait de très bons retours sur le contenu et la qualité graphique et synthétique de l’outil. Tous ont apprécié l’initiative de venir parler de ce sujet encore très peu connu.

Après quatre évènements tous publics qui ont permis de sensibiliser plus de 700 personnes et quelques améliorations, cet outil sur les nanomatériaux a aujourd’hui terminé sa phase de test, prévue dans le cadre du PRSE, et fait actuellement l’objet d’une évaluation. Les associations Vienne Nature et la Bêta-Pi espèrent à présent que cet outil pourra être démultiplié et utilisé dans le futur par d’autres structures à l’échelle de la région Nouvelle-Aquitaine.

www.labetapi.fr/
www.vienne-nature.fr/

Les articles suivants peuvent vous intéresser