Eaux

La démarche préventive du programme Re-Sources étendue à la Nouvelle-Aquitaine

Publié le 03 Mai 2019
A+ A-
Le bassin versant de la Touche Poupard © SERTAD

Le programme Re-Sources est une démarche partenariale et volontaire de reconquête de la qualité de la ressource en eau destinée à l’alimentation en eau potable. Il s’agit de conduire des actions de prévention des pollutions des ressources en eau à destination des différents publics cibles (agriculteurs, particuliers, collectivités) à l’échelle des Aires d’Alimentation de Captages (AAC). Le programme, initié dans l’ancienne région Poitou-Charentes, est désormais étendu à l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine. Rencontre avec Julien Montépini, technicien à la cellule de coordination régionale du programme.

Quelle est l’origine de ce programme ?
Initié dans les années 2000, le programme Re-Sources répondait à une dégradation continue des ressources en eau, qui avait conduit à la fermeture de plus de 400 captages d’eau potable en 30 ans dans l’ex-Poitou-Charentes, avec, en cause, des problématiques de nitrates, pesticides et phosphore. Un programme régional et multipartenarial a été construit à l’époque avec l’Etat, la Région, les Agences de l’eau, l’Agence Régionale de Santé, les Départements, les Chambres d’Agriculture, le Négoce Agricole Centre Atlantique, Coop de France, la Fédération Régionale de l’Agriculture Biologique et la Fédération des CIVAM. Les premiers contrats opérationnels ont été signés en 2007 avec les producteurs d’eau potable, sous forme de programmes d’actions de 5 ans.

En quoi consiste ce programme ?
Le programme Re-Sources vise à restaurer la qualité de la ressource en eau destinée à l’alimentation en eau potable des habitants. Pour cela, il faut impérativement modifier les pratiques impactant la ressource en eau. Les collectivités productrices d’eau potable qui s’engagent dans la démarche commencent par recruter un animateur, établissent un diagnostic du territoire puis élaborent, en concertation avec les acteurs locaux, un programme d’actions sur plusieurs années. Parmi les actions mises en œuvre, plusieurs concernent le secteur agricole et visent une agriculture durable et cohérente avec les objectifs de qualité de l’eau. Ces actions portées par les collectivités ou les partenaires locaux sont co-financées par les Agences de l’eau et la Région.

Que représente en chiffres le programme ?
Dans le Plan Régional Santé Environnement Nouvelle-Aquitaine, l’action 11 prévoit que le programme soit étendu à la Nouvelle-Aquitaine. La Région qui accueille la cellule de coordination régionale du programme a validé son extension à l’ensemble de Nouvelle-Aquitaine et 4 coordinateurs sont présents à Poitiers, Limoges et Bordeaux pour accompagner les collectivités productrices d’eau potable qui veulent s’engager. Aujourd’hui, le programme représente 25 collectivités, 40 animateurs Re-Sources, 66 captages sur les 81 captages prioritaires, et près de 8 000 exploitations agricoles de la Nouvelle-Aquitaine.

En quelques mots, que peut-on dire des résultats obtenus ?
L’évaluation est globale et permet d’identifier les résultats du programme sur la dynamique, les changements de pratiques et la qualité de l’eau. La gouvernance partagée et l’implication des acteurs locaux assurent une dynamique forte, c’est très positif. Selon les territoires, nous avons entre 20 à 50 % des agriculteurs engagés dans la démarche. Certains territoires sont à 20% en agriculture bio aujourd’hui. Sur la question de la qualité de l‘eau, nous avons stabilisé les taux de nitrates et nous avons également des concentrations inférieures aux normes de qualité en ce qui concerne les pesticides mais avec parfois des pics sur certaines molécules. Globalement, l’usage des pesticides et des nitrates a baissé mais il faut bien entendu continuer ces actions.

www.eau-poitou-charentes.org

www.nouvelle-aquitaine.prse.fr

Les articles suivants peuvent vous intéresser