On peut distinguer trois sources de pollution intérieure © Pixabay
Article/Interview

Etude biocide : Atmo recherche 20 foyers volontaires à La Rochelle

L’association de surveillance de la qualité de l’air Atmo Nouvelle-Aquitaine recrute 20 foyers à La Rochelle en Charente-Maritime, pour évaluer la contamination de l’air intérieur par les produits utilisés dans des logements ou présents sur les meubles, textiles, etc. Menée en partenariat avec la Région Nouvelle-Aquitaine dans le cadre du Plan Régional Santé Environnement, cette étude doit débuter à l’automne 2018 et durer une année.

C’est dans le cadre de l’axe « Agir sur les pesticides et les risques émergents ou qui progressent » du Plan Régional Santé-Environnement Nouvelle-Aquitaine que l’association Atmo Nouvelle-Aquitaine met en œuvre une campagne de mesures des biocides à l’intérieur des logements des particuliers. C’est sur 20 foyers volontaires de La Rochelle qu’elle doit être réalisée.

La mesure des pesticides en air extérieur fait l’objet d’un suivi réalisé par les associations de surveillance de la qualité de l’air depuis le début des années 2000. En revanche, la contamination de l’air intérieur par les pesticides, notamment les biocides et produits antiparasitaires est beaucoup moins documentée. Bien que les quantités concernées soient moins élevées, l’utilisation des biocides dans les lieux clos comme les habitations peut conduire à des phénomènes d’accumulation, favorisés par des conditions faiblement dispersives.

Les pesticides à l’intérieur des logements sont présents sous forme gazeuse ou particulaire, en suspension dans l’air ou déposés au sol. On peut distinguer trois sources : l’utilisation d’insecticides ou antiparasitaires, l’émanation des matériaux traités à travers les meubles ou des tissus, et les transferts de l’air extérieur vers l’intérieur des habitations. Pendant la durée de l’étude, l’air intérieur des logements doit être prélevé durant 2 périodes de 3 semaines, l’une en été et l’autre en hiver, sur un support absorbant, au moyen d’une pompe à faible débit.

L’objectif de cette étude est de développer les connaissances sur la contamination de l’air intérieur des logements par les biocides. Les résultats seront publiés en 2020.

Si vous habitez dans l’agglomération de La Rochelle et que vous souhaitez participer à cette étude, vous pouvez contacter Fiona Pelletier, l’ingénieure qui pilote cette étude (09 71 04 63 12 – fpelletier@atmoatmoAssociation pour la surveillance de la qualité de l’air-na.org).

https://www.atmo-nouvelleaquitaine.org/actualite/